• Partage - Les livres d'artistes

    Livres à lire, à voir et/ou à toucher, entièrement conçus et produits par l’artiste, édités souvent à petits tirages.

    L’artiste choisit de faire une œuvre sous forme d’un livre.

    Le livre peut conserver une structure traditionnelle ou prendre la forme d'un livre-objet.

     Il ne faut pas les confondre avec les livres illustrés. Le monde du livre illustré est bien représenté, avec des noms de grands peintres et graveurs contemporains comme Zao Wou Ki, Vieira da Silva, Olivier Debré, Tal Coat … 

    Le livre d'artiste est une expression artistique à part entière. Le livre, les pages sont le support, le livre exprime le propos de l'artiste.

     

    J'aime les livres d'artistes, j'ai eu l'occasion en 2006 au FRAC des Pays de Loire à Carquefou d'en parcourir, d'en découvrir...

     

    Les livres d'artistes

    Simone Decker ; « Chewing-gum in Venice » qui joue sur le rapport d'échelle, tous ces chewing-gum étant bien réels dans les rues de Venise  

     

    Les livres d'artistes 

    Claude Closky : « Mon père », amusante autofiction faite de collages annotés de la main de l'auteur en 2002

     les livres d'artistes de Closky sont désopilants!  A lire et relire!

     

     

     Les livres d'artistes

    Nicolas Simarik : « La Déroute », un détournement humoristique et émouvant! d'un célèbre catalogue de vente par correspondance. tout un quartier a été mobilisé pour sa réalisation en 2006,( je crois) 

        

    Les livres d'artistes

    jean-Jacques Rullier: " La promenade en bord de mer", un petit livre fait de tout petits dessins

    Le FRAC des Pays de la Loire en possède un grand nombre que je vous ferai découvrir

     

    A lire par exemple "on dirait qu'il neige" de Remy Charlip

    A lire "Rue Lamour est aveugle" de Rosemarie Martin, un livre photoluminescent! 

           

    Je connaissais surtout Sophie Calle dont je possède plusieurs ouvrages

    Partage - Les livres d'artistes

     

     C’est un peu grâce ou à cause d’eux que j’ai commencé les miens.

     

     

  •  

    Mais c’est surtout le travail de Céline Duval (que j’ai eu le plaisir de rencontrer) qui a été pour moi le déclic nécessaire ou l’élément déclencheur. C’est à partir de là que j’ai écrit « Mes petites histoires » que j’ai fouillé dans « les tiroirs aux photos » chez mes parents, que je suis allée à la rencontre de mon passé et celui de ma famille.

     Mon travail est donc entièrement autobiographique - ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’interprétation des faits.

    " Céline Duval constitue depuis plusieurs années un fonds iconographique à partir de sources variées : photos de presse, publicités, images découpées dans les magazines, photos d’amateurs, cartes postales, ainsi que de ses propres photos.
    Cette documentation amassée, classée, raisonnée est la base de multiples : éditions, livres, revues, journaux, mais aussi d’installations, conférences ou expositions."

     

    Sa "revue en 4 images" dont je possède quelques exemplaires est vraiment super.Les différents petits journaux (en 4 images - autour des différents thèmes ) peuvent peu à peu être placés dans leur boite cartonnée

    Céline Duval

    La revue en 4 images 

     

     Céline Duval

    Document photo extrait de "Autrefois,le mois dernier", mars 2009, les éditions des Chemins de fer 

    Céline Duval

     

     


    votre commentaire
  •  

    Partage - Les livres d'artistes

     

    Ses vraies fausses histoires  valent le détour

     

    Christian Boltanski

    Depuis 1969, Christian Boltanski a publié plus de 80 livres d’artiste, activité pensée comme partie intégrante de sa démarche et support idéal pour son exploration inlassable de la mémoire. Leur évolution conceptuelle épouse la démarche de l’artiste, et  se regroupe sous différents thèmes.

    Par exemple, une reconstitution pseudo-autobiographique de son enfance.

     

     

     "Le livre d'artiste" n'est pas un livre d'art

     "Le livre d'artiste" n'est pas un livre sur l'art

    "Le livre d'artiste" est une oeuvre d'art

     


    votre commentaire
  • Au Centre Pompidou, début 2004 (10 ans déjà),  (je peux dire encore), j'y étais et j'ai aimé.

     J'ai alors lu l'ensemble des petits livres du coffret "Double-jeux", édité chez Actes Sud.

    - Double-jeux, double je, triple je! Sophie Calle, en s'intéressant à elle-même réussit le tour de force remarquable de rendre universel (pas tout à fait), ce qui au départ est de l'ordre de l'intime. C'est en cela que j'admire son travail. Ce que que "raconte" Sophie Calle, j'ai pu (de près ou de loin) le vivre ou le ressentir. 

    Sophie Calle        Sophie Calle

     

    L'oeuvre de cette artiste se présente  sous la forme d'installations, de photographies et de récits.  

    Née en 1953 à Paris, Sophie Calle part au début des années 70 pour un long périple à travers le monde. C'est lors d'un séjour en Californie en 1978, qu'elle prend ses premières photographies "sans vocation" : des tombes portant l'inscription "Father" et "Mother". Elle vient de découvrir ce qui pourrait "plaire à son père". A son retour à Paris, elle commence ses premières filatures d'inconnus dans la rue, dérive controlée dans la ville, qu'elle agrémente de photographies et de textes, consignés dans des carnets.

    La trace photographique, liée à l'écriture rend l'ensemble narratif, laissant une grande place à l'affect et au sentiment.

    Douleur exquise (1984-2003) par exemple est fondé sur l'expérience d'une rupture sentimentale vécue par l'artiste comme le moment le plus douloureux de sa vie.

     Extrait  de "Des histoires vraies + dix"

    Sophie Calle

     Et cette histoire!

    Sophie Calle

    un extrait de douleur exquise

    Sophie Calle 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique