• 05 - Nuages au fusain

    Travail au fusain!

    Nuages au fusain  

     "Nuage" Gregory Markovic, fusain sur papier 2008, 180 cm x 300 cm

    "Depuis la reconnaissance au XIXe siècle du paysage comme genre autonome en peinture, les ciels et plus particulièrement les nuages ont pris une place primordiale comme sujets à part entière et éléments structurants d’une composition picturale. L’étude et la compréhension des phénomènes climatiques au début de ce siècle – avec la naissance de la météorologie comme science en 1803 – ont encore augmenté l’intérêt que les artistes pouvaient leur porter. Ces derniers n’auront alors de cesse de se tourner vers le ciel et d’essayer de restituer aussi fidèlement que possible non seulement la forme des nuages, mais également ce qui est leur caractéristique première : le mouvement perpétuel de ces masses vaporeuses aux contours flous et instables.

    L’imaginaire lié aux nuages répondait également aux rêveries romantiques autour du lointain, de l’infini et de l’indéterminé. Dès les œuvres d’un Constable ou d’un Turner, les ciels sont liés à l’intimité et aux sentiments.
    Décrire le changement continu, c’est aussi traduire les incessants tourments de l’âme : la Nature comme reflet des passions de l’Homme.

    Les ciels de Grégory Markovic se situent en partie dans cette double recherche : descriptifs d’une nature en renouvellement constant, mais également projection de nos propres passions.

    Mais prendre le nuage comme simple sujet tel que l’entreprend cet artiste peut sembler être un acte de bravoure.
    Car l’« objet-nuage » en lui-même s’avère loin d’être facile à maîtriser – sa nature même est de l’ordre de l’insaisissable. D’autant plus que chez Grégory Markovic, les nuages se concrétisent paradoxalement par soustraction de matière : le fusain noir, appliqué en couches épaisses sur toute la surface du papier blanc, puis brossé et unifié par le passage répété de feuilles calques, est ensuite partiellement gommé, poncé, retiré, jusqu’à laisser apparaître la sensation d’un motif. Les formes naissent de l’obscurité : l’artiste dit qu’il « creuse jusqu’à la lumière »...

     

    Guillaume Foucher (la galerie particulière à Paris)

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :